La Biblif les a lus // Mai 2021

Manikanetish

par Naomie Fontaine

(2017)

Résumé : Une enseignante de français en poste sur une réserve indienne de la Côte-Nord raconte son univers, celui de ses élèves qui cherchent à se prendre en main. Autochtone, elle tentera tout pour les sauver du désespoir, même se lancer en théâtre avec eux. Dans ces voix, regards et paysages se détachent la lutte et l’espoir.

Avis : Voici un très cours roman, aux airs autobiographiques qui m’a laissé une impression assez forte. Car pour moi qui vient de Belgique, le problème lié aux réserves amérindiennes m’est relativement inconnu. Je me doute de certaines choses et est amenée à réfléchir sur la place qu’occupe l’homme blanc sur des territoires qui ne sont pas les siens. Mais comment sont vécues les choses à l’intérieure la réserve? Quel est le quotidien de ces populations regroupées, labellisées et donc stigmatisées? Que se passe-t-il lorsqu’un des membres de la communauté décide de quitter le bercail? Et puis d’y revenir? C’est un peu tout cela qu’aborde ce livre, à travers une sorte de journal de bord de l’enseignant. L’auteure amène ses interrogations assez brutales quant à l’avenir des jeunes innus. Sont-ils condamnés à un destin prédéfini depuis des générations ou peuvent-ils avancer comme n’importe quels gamins, sans pour autant perdre leur identité?
Manikanetish nous parle donc de la notion d’identité à travers la réappropriation des codes de la réserve, d’émancipation (par rapport à un groupe social, de la femme…), de solidarité et de résilience.
C’est brut, puissant et intimiste à la fois. C’est un point de vue autochtone sur la rudesse de leur vie.
C’est une très belle découverte.

A retrouver en section Adultes, Romans à la cote R FON 2001 M

 

……………………………………

Mon voisin

par Marie Dorléans et raconté par Guillaume Gallienne

(2012)

Résumé : Un beau jour, un nouveau voisin emménage. Des bruits intrigants proviennent de chez lui et, de l’autre côté du mur, on s’imagine les choses les plus folles…Le CD : Guillaume Gallienne, sociétaire de la Comédie Française, incarne à merveille ce voisin à la fois rigide et loufoque.

Avis : Une histoire très imaginative, des petits jeux tout le long. Les illustrations sont belles, l’histoire racontée apporte un vrai plus. Un très beau moment d’écoute !

A retrouver en section Jeunesse, Littérature à la cote 8-14 DOR 1205 M

……………………………………

Prendre refuge

par Zeina Abirached et Mathias Enard

(2018)

Résumé : Entre Bâmyân et Berlin, hier et aujourd’hui, l’amour comme la plus belle des aventures.
1939, Afghanistan. Autour d’un feu de camp, aux pieds des Bouddhas de Bâmiyân, une voyageuse européenne, Anne-Marie Schwarzenbach, tombe amoureuse d’une archéologue. Cette nuit-là, les deux femmes l’apprennent par la radio, la Seconde Guerre mondiale éclate.
2016, Berlin. Karsten, jeune Allemand qui se passionne pour l’Orient rencontre Nayla, une réfugiée syrienne, dont il s’éprend, malgré leurs différences.
A travers ces deux récits entremêlés, deux histoires d’amour atypiques, comme un écho à deux époques complexes, se tissent au fil des pages. Alliant les contraires, rapprochant des êtres qui n’auraient jamais dû se croiser, l’album propose une réflexion sur la difficulté d’aimer aujourd’hui comme hier.

Avis : C’est toujours chouette quand deux auteurs, dont on aime les univers, collaborent. Prendre refuge, qui narre deux histoires d’amour à près de 80 ans d’écart allie le trait typique de Zeina Abirached (autrice entre autres du Piano oriental) et la plume de Mathias Enard (auteur entre autres de Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants). On plonge avec délice dans cet univers en noir et blanc qui mêle le destin de deux archéologues au début de la seconde guerre mondiale à celui d’une jeune réfugiée syrienne à Berlin.

A retrouver en section Adultes, Bandes dessinées à la cote BDO ENA P

Mais aussi

Partager sur facebook
Partager sur print
Partager sur email