La Biblif les a lus // Août 2021

Cher corps, je t’aime

par Jessica Sanders

(2019)

Résumé : « Cet album invite les jeunes filles à apprécier et à célébrer leur corps, et tout ce dont il est capable. On y retrouve des conseils pratiques et simples pour développer et renforcer une image corporelle positive et l’amour de soi. »

Avis : Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce documentaire, ce sont les illustrations : elles sont magnifiques et douces et surtout, elles sont inclusives. Absolument toutes les jeunes filles peuvent s’y retrouver : différentes ethnies, différentes corpulences, différentes tailles mais aussi avec ou sans vergetures, acné, pilosité, handicap, religion,.. toutes y sont représentées. Et ce, sans même que cela paraisse forcé. Une inclusivité parfaite et naturelle, représentative du monde d’aujourd’hui.

A retrouver en section Jeunesse, Documentaires à la cote 15 SAND

……………………………………

Blacksad

scénario de Juan Díaz Canales ; dessin et couleur de Juanjo Guarnido

(2000-2010)

Résumé : Blacksad est une série culte qui met en scène un chat détective dans un univers anthropomorphique. Déjà riche de 5 tomes, Blacksad se déroule dans les États-Unis des années 1950, dans une ambiance qui évoque le roman noir de la littérature américaine. Transfigurée par le dessin et les couleurs sublimes de Juanjo Guarnido, d’une maestria époustouflante, Blacksad trouve également sa force dans la qualité de ses histoires, finement ciselées par Juan Diaz Canales. Le polar a sa griffe !

Avis : Une BD culte, oui ! Un dessin et un cadrage superbes nous emmènent dans un polar où il est difficile de retenir son souffle. Le style est acéré, direct pour une intrigue envoutante. Quel plaisir !

A retrouver en section Adultes, Bandes dessinées à la cote BDS BLA

……………………………………

Sauvage

par Nathalie Bernard

(2018)

Résumé : Jonas vient d’avoir 16 ans, ce qui signifie qu’il n’a plus que deux mois à tenir avant de retrouver sa liberté. Deux mois, soixante jours, mille quatre cent quarante heures. D’ici là, surtout, ne pas craquer. Continuer à être exactement ce qu’ils lui demandent d’être. Un simple numéro, obéissant, productif et discipliné.
En un mot, leur faire croire qu’ils sont parvenus à accomplir leur mission : tuer l’indien dans l’enfant qu’il était en arrivant dans ce lieu de malheur, six années plus tôt. A travers ce destin, Nathalie Bernard nous parle de ces pensionnats autochtones qui ont existé au Québec jusque dans les années 1990 et qui ont « accueilli » des milliers d’enfants brutalement arrachés à leur culture indienne. Entre roman historique et thriller, l’auteur nous entraîne dans une course effrénée au cœur des immenses forêts québécoises. Une chasse à l’homme qui ne possède que deux issues : la liberté ou la mort.

Avis : Je ne peux que vous inviter à lire ce roman pour ado tant il aborde pleins de thèmes forts sans être complètement démoralisant :
– Déracinement, arrachage familial
– Conflits entre différentes nations autochtones rassemblées au même endroit
– Abus de confiance et de personnes de la part de représentants de l’Eglise
– Amitié, amour, camaraderie
– Respect de l’autre, de sa différence, de ses failles
– Respect de la Nature
– Racisme à l’état brut
Mieux vaut être sauvage et libre que blanc et coincé dans sa bêtise bas de plafond coloniale. Quand on pense que ces pensionnats ont fermé il n’y a pas si longtemps, venant de la part d’un état comme le Canada vu comme un pays socialement tellement plus avancé que nous, ça fait froid dans le dos !!! A lire absolument!

A retrouver en section Jeunesse, Romans à la cote R BER 1401 S

Mais aussi

Partager sur facebook
Partager sur print
Partager sur email